Assurances (AMal & AI)

Jusqu’à la 20e année, l’assurance-invalidité (AI) prend en charge les prestations et traitements médicaux. Dès la 20e année, la caisse maladie est chargée de toutes ces prestations. 

Malheureusement, le système actuel de l’AI des « anomalies congénitales » ne peut fournir qu’une image incomplète de nombreuses maladies, en particulier de maladies orphelines. 
Le médecin traitant demande à l’AI le document « malformation de naissance 387 » (Gg 387) et, si l’enfant souffre d’une infirmité motrice – comme c’est généralement le cas avec le syndrome de Dravet – celui de « malformation de naissance 390 » (Gg 390) est également possible. Si votre enfant souffre d’une insécurité de mouvement et que le Gg 390 n’est pas encore appliqué, parlez-en à votre médecin. Car, sans l’attribution au Gg 390, la probabilité est très élevée que l’AI refuse dans un premier temps de couvrir certains coûts tels que ceux d’hippothérapie, d’orthésie ou encore de couches. D’autres informations sur le Gg 390 se trouvent dans notre espace membres protégé.

En ce qui concerne les impôts, les parents d’un enfant atteint d’un handicap peuvent faire valoir une déduction des coûts de maladie ou de handicap qui dépend du montant de l’allocation d’impotence. 

Aperçu des prestations

Notre conseil : vous trouverez un guide du droit des assurances sociales pour les parents d’enfants avec handicap dans le Guide Procap «Les droits de mon enfant». Nous le recommandons à chaque famille. https://www.procap.ch/fr/publications/shop.html